Pourquoi j’ai décidé de devenir végétarienne ?

Mardi soir, toujours dans le cadre des assises de la transition écologique et citoyenne il y avait une conférence sur le réchauffement climatique, état des lieux suite à la publication du rapport du GIEC.

Depuis la période pré-industrielle, les activités humaines ont provoqué un réchauffement global de 1°C causé par les émissions de gaz à effet de serre et la combustion des énergies fossiles. Les effets sont déjà visibles (vagues de chaleur, vagues de froid, épisodes climatiques extrêmes) et vont devenir de plus en plus violents.

La température globale, au rythme actuel des choses augmentent de 0,2°C par an ce qui fait une augmentation de 1,5°C entre 2030 et 2050.

Il est important de noter que si nous arrêtions nos émissions de gaz à effet de serre aujourd’hui, la température continuerait quand même d’augmenter à cause des cycles dans lesquels sont impliqués le CO2 par exemple. La température n’atteindrait pas +1,5°C mais elle continuerait d’augmenter pendant des décennies voire des siècles (on est très loin d’arrêter nos émissions aujourd’hui).

Il est aussi important de noter que la température ne pourra pas revenir aux normales de l’époque pré-industruelle.

Pour stabiliser l’augmentation de la température globale à 1,5°C, il faudrait diminuer de 45% nos émissions de CO2 à l’horizon de 2030 et au net zéro vers 2050.

Mais pourquoi faut-il stabiliser le climat à 1,5°C ?

Car rien entre 1,5°C d’augmentation et 2°C d’augmentation il y a une grosse différence. La limite des 1,5°C est une limite à ne pas dépasser selon toutes les études scientifiques qui ont été réalisées sur le sujet.

L’augmentation de 1,5°C plutôt que de 2°C permettrait :

 

  • des évènements extrêmes moins intensifiés en particulier les vagues de chaleur, les risques de sécheresse, les pluies torrentielles.
  • le niveau de la mer continuerait d’augmenter mais à une allure moins rapide ce qui permet plus de temps à l’adaptation (Le monde n’est pas prêt aux conséquences du réchauffement climatique actuel alors 1,5°C de plus…)
  • 10 millions de personnes en moins exposées aux risques liés à la montée du niveau de la mer

  • un risque moins élevé sur la perte de biodiversité et de dégradation d’écosystèmes (d’habitat) (2 fois plus de perte d’habitat pour une augmentation de 2°C que pour une augmentation d’1,5°C)

  • A 2°C, c’est 99% des coraux qui seraient touchés par le réchauffement climatique avec des océans plus acides (à cause du captage de CO2)
  • une diminution des rendements agricoles moindres comparée à 2°C (même si quand même importante) avec baisse de la concentration en protéines des céréales
  • diminution des rendements entraîne plus de sécheresse
  • contenir le réchauffement à 1,5°C permet d’éviter à des centaines de millions de personnes exposées aux risques climatiques et susceptibles de basculer ds la pauvreté à cause des conséquences croisées (directes et indirectes)

  • des risques moins élevés sur la santé (mortalité et morbidité à cause de la chaleur notamment), les moyens d’existence, la sécurité alimentaire, la croissance économique
  • Même à 1,5°C d’augmentation, il y a des limites à nos capacités d’adaptation (alors qu’en est-il à 2°C ??) et forcément les besoins d’adaptation sont moins grands à 1,5°C d’augmentation qu’à 2°C

On ne sait même pas à quel seuil de température l’Arctique risque d’être complètement destabiliser.

  • 1,5°C d’augmentation de la température, ça veut dire que pendant les épisodes climatiques extrêmes, c’est 3°C de plus sur les records de température qu’actuellement contre 4°C pour une augmentation moyenne de 2°C
  • Certaines espèces vont sortir de leur seuil de tolérance pendant les épisodes climatiques extrêmes entraînant des mortalités massives, moins nombreuses à 1,5°C qu’à 2°C.

Mais comment faire ?

Ce n’est pas impossible de stabiliser le climat à une augmentation d’1,5°C mais ça nécessiterait des transitions dans tous les secteurs d’activité sans précédent et de tous les acteurs (des industriels aux citoyens en passant par les gouvernements).

Comme je le mettais plus haut les émissions de CO2 doivent diminuer de 45% en 2030 pour une augmentation d’1,5°C et de 20% pour une augmentation 2°C et au net zéro vers 2050 pour stabiliser l’augmentation à 1,5°C contre 2075 pour 2°C.

C’est un transition coûteuse mais qui aurait des bénéfices directs et immédiats pour la santé publique (et donc indirectement pour la sécurité sociale) mais il est plus rentable d’investir dans la transition plutôt que de devoir le dépenser pour pallier à l’augmentation de la température (et pour la canaliser à ce moment-là, il faudra tout de même faire un investissement lourd, autant le faire avant la catastrophe, non ?).

Si il y a de forts changements au niveau des pouvoirs publics et des industriels (infrastructures et objets doivent consommer le moins d’énergies fossiles tout le long de leur cycle de vie), il y en a aussi de nombreux à faire à l’échelle du citoyen (l’élevage est un des secteurs les plus polluants) mais aussi l’origine de ce que l’on achète, limiter les trajets en voiture, faire un effort pour penser sobriété énergétique et aussi dans ses achats. 

Voilà pourquoi j’ai décidé de devenir végétarienne.

Alors pourquoi végétarienne et pas vegan, me direz-vous et pourquoi arrêter complètement les apports en viande alors que cette experte, qui a fait partie du groupe du GIEC qui ont réalisé ce rapport, ne disait que de diminuer ses apports en viande ?

Déjà j’ai décidé de m’y mettre le lendemain de cette conférence et, je pense, toute transition que l’on veut durable doit se faire par étape. D’abord modifier mon alimentation (qui était majoritairement à base de viande, j’en mangeais à tous les repas), trouver des alternatives pour l’apport en protéines (sachant que j’ai des goûts très difficiles) me paraissaient déjà un challenge assez grand, dans une deuxième étape, je pense me tourner sûrement, en effet, vers le véganisme. Mais seulement quand je serais sûre d’avoir bien enclencher ma transition et que je n’ai aucune carence (que j’aurais donc restabiliser mon alimentation).

Ensuite, pourquoi arrêter complètement et pas seulement les diminuer ? C’est assez simple, si nous sommes sensibilisés à ces problématiques et prêts à faire des efforts, ce n’est pas le cas de tout le monde et encore des industriels et des gouvernements. J’ai peur d’une prise de conscience trop tardive et comme on ne peut pas contrôler les actions des autres, je prends sur moi de faire plus d’efforts « que de nécessaire » (et les scientifiques en plus ne savent pas tout sur notre climat et l’environnement, donc il y a une part d’incertitude certaine que je préfère ne pas négliger et ne pas limiter mes efforts) pour compenser la prise de conscience tardive ou l’absence d’envie de changement pour certains.

Alors bien sûr, il reste dans mon frigo de la viande, que je vais finir (sinon c’est du gaspillage alimentaire pour du CO2 quand même émis).

C’est aussi une prise de conscience depuis l’affaire des abattoirs et même avant mais pour lesquelles, ma réflexion n’était pas assez poussée pour que je ne reste pas dans le préjugé de « je vais être carencée ».

Plus j’ai de toute manière, des raisons personnelles (de santé) pour me lancer dans cette démarche.

Je trouve que les raisons s’accumuler, il était temps d’agir au lieu de juste « y réfléchir, y penser ».

Voilà tu sais tout, et si tu es aussi motivée pour te lancer dans ce changement de vie, n’hésite pas à le faire, nous pourrions partager nos expériences et nos difficultés, à plusieurs, c’est toujours mieux ;).

D’autres gestes à faire que j’ai découvert lors des assises :

« Le déchet est générateur d’angoisse, il symbolise notre propre finitude. »

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s